LES CONSEQUENCES

        Saint Just a dit : « La Révolution est glacée, tous les principes sont affaiblis  il ne reste que les bonnets rouges portés par l'intrigue. L'exercice de la Terreur a blasé le crime, comme les liqueurs fortes blasent le palais ». Dans l'imaginaire révolutionnaire, la Vendée a symbolisé le mal le plus fondamental, la Vendée, cette Vendée Militaire qui n'existe sur aucune carte de géographie. Et pourtant des chefs militaires, des soldats, des hommes, des femmes et des enfants en ont  tracé les contours de leur sang et tiré des sillons en forme de sentier de la mémoire.

         Les chiffres du recensement de 1802 sont explicites, et comparons les à ceux de 1789. Prenons quelques paroisses à commencer par Saint-Mesmin passée de 1208 habitants à 592 ; Bressuire de 3000 à moins de 700 ; Le Pin en Mauges de 800 à 353, et enfin pour ne pas allonger cette liste, Mortagne passée de près de 1000 habitants à 63… 

Ces évènements ont entrainé environ 600.000 morts tous camps confondus. Un tel chiffre représente, proportionnellement à la population française de l’époque l’équivalent des morts militaires français de la Grande guerre de 1914-1918…

Les maisons détruites recensées donnent aussi une idée de l’ampleur des actes commis : Vallet 207 maisons détruites, Les Brouzils 128, La Chapelle Basse-Mer 357…

         Bien plus près de nous, la conscience collective s'est réveillée en 1945 lors de la découverte des atrocités nazies. L'ouverture des camps, le décompte des disparus, l’extermination des juifs et tziganes, et les atrocités commises en France par les SS à Tulle et plus encore à Oradour sur Glane (sans oublier Cerizay dans les Deux-Sèvres village ayant subi le même sort, et par la même division SS, village détruit dont on ne parle pas … Nouveau voile de silence sur cette région meurtrie … ? Serait-ce que Cerizay n’était pas un village politiquement intéressant ? Etait-il trop « paysans de droite » ?). Ces actes qui ont participé au réveil, ont permis au monde de prendre conscience de la fragilité de l'humanité et que le crime contre elle était un crime contre l'essence même des hommes : leur histoire, leur âme et leur vie.

         Puis, le tribunal international de La Haye rend son jugement envers les actes commis en Croatie par les Serbes. En 1995 ce tribunal juge coupable  de crime contre l'humanité les leaders Serbes de la République Serbe de Croatie autoproclamée. Son jugement s'appuie sur le caractère planifié de leurs actions, sur la barbarie, sur leur caractère idéologique appliqué à une partie de population, avec un caractère anti-ethnique et anti-racial.

         Mais comment alors ne pas assimiler le Loroux Bottereau ou Les Lucs de Boulogne à Oradour ou Zeppa ? Comment ne pas considérer que plus de six cent mille personnes sont mortes, quel que soit leur camp, pour une idée de liberté de fraternité et d'égalité ? Parce qu'enfin, il faut bien accepter l'idée que la Vendée a été anéantie parce que ses enfants ont osé douter des bienfaits de la Liberté, et que par la Terreur on a supprimé les classes pour constituer une fraternité universelle...

 

 

     En dépassant même les limites de la Vendée militaire, comment ne pas être également frappé par le plan de Barère qui prévoyait de déporter à Madagascar les hommes de couleur des colonies. Ce même plan, non mis à exécution, sera retrouvé en 1945 dans les archives du Reich, puisque Himmler l'avait prévu pour les juifs. Dans les deux cas ils ne seront pas menés à bien mais simplement pour des raisons de logistique....

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×